Accueil | English version
 
Loading
Vous êtes ici : Accueil » Recherche d'informations » Cadre de vie, culture & média » Culture et médias » Histoire » Plages du débarquement

Contacter
directement EVE

Vous ne trouvez pas l'information
que vous cherchez ?
Contactez-nous

Plages du débarquement

  Ajouter au panier

Le film des événements du 6 juin 1944 commence peu de temps après minuit. A 6h 30, les premières vagues d’assaut américaines touchent les plages d’Utah, Omaha, Pointe du Hoc, Gold, Juno, Sword
20 000 véhicules et 155 000 soldats ont été mis à terre Les pertes s’élèvent aux environs de 10 000 hommes



Le film des événements du 6 juin 1944 commence peu de temps après minuit avec le largage des premières troupes aéroportées britanniques entre l’Orne et la Dives. Puis c’est au tour des parachutistes américains de sauter sur le Cotentin, à l’autre extrémité du secteur. Pendant ce temps, les bombardiers lourds de la RAF pilonnent les batteries d’artillerie du Mur de l’Atlantique jugées les plus dangereuses. A l’aube, les Allemands, incrédules, découvrent devant leurs yeux une mer couverte de bateaux. L’opération Neptune, première phase du plan Overlord, est en marche. A 5h 45, la flotte ouvre le feu sur les défenses allemandes. A 6h 30, les premières vagues d’assaut américaines touchent les plages d’Utah et d’Omaha. Au soir du 6 juin, 20 000 véhicules et 155 000 soldats ont été mis à terre (y compris les parachutistes). Les pertes (tués, blessés et disparus) s’élèvent aux environs de 10 000 hommes.
- Utah Beach : Partie orientale du Cotentin, particulièrement propice à un assaut amphibie (les dunes entre la baie des Veys et Saint-Vaast-la-Hougue). Le 6 juin 1944 à 6h 30 du matin, le 8e régiment de la 4e division d’infanterie américaine du général Barton, épaulé par des chars amphibies, débarque devant les dunes de La Madeleine.
- La Pointe du Hoc : Quelques kilomètres à l'est du petit port de pêche de Grandcamp, la falaise forme un promontoire surplombant à pic une étroite plage: la Pointe du Hoc. Sur ce site particulièrement favorable, les Allemands avaient édifié une puissante batterie d'artillerie. Elle constituait une menace redoutable pour les deux plages choisies pour le débarquement des troupes américaines : Utah Beach à l’ouest, Omaha Beach à l’est. Une surprise de taille attendait les Rangers. Ils découvrirent en effet que de gros madriers de bois avaient été installés dans les encuvements à la place des canons. De terribles heures commencèrent alors pour les hommes de Rudder. Encerclés sur la Pointe du Hoc, ils ne furent délivrés que le 8 juin, vers midi, par des troupes progressant depuis Omaha. Sur les 225 Rangers engagés, seuls 90 étaient encore en état de se battre. Près de 80 de leurs camarades avaient laissé leur vie sur ce petit coin de terre normande.
- Omaha Beach : S’il est un endroit où le Débarquement a failli échouer, c’est bien sur la plage d’Omaha Beach. L'endroit choisi, il est vrai, n'était pas idéal pour un assaut amphibie et présentait bien des risques, mais il était le seul possible. Débarquant à 6h30, les premières vagues, accueillies par un feu nourri, sont clouées sur la plage. L'opération engagée s'achève néanmoins par un succès, mais à quel prix ! Les pertes s'élèvent à plus de 3 000 hommes (quinze fois plus que sur Utah Beach), dont - officiellement - un millier de morts.
- Gold Beach : A l'est d'Arromanches, les falaises laissent place à une côte basse et marécageuse. C'est là que doit débarquer, en fer de lance, devant Asnelles et Ver-sur-mer, la 50e Northumbrian division du général Graham. L’assaut commence à 7h 25. Au soir du 6 juin, les Britanniques ont mis à terre 25 000 hommes sur Gold et contrôlent un quadrilatère d'environ 10 kilomètres sur 10.
- Juno Beach : Entre les plages britanniques de Gold et Sword, le secteur de Juno Beach correspond à la portion du littoral affectée aux Canadiens. Ce secteur est occupé par de gros bourgs côtiers. Ici, pas de batteries lourdes, mais nombre de petits ouvrages abritant canons antichars ou mitrailleuses, souvent construits sur les digues, de manière à prendre les plages en enfilade. La mission d'enlever Juno Beach revient à la 3e d'infanterie canadienne du général Keller. Lorsque commence le débarquement, vers 8 heures, les obstacles de plage sont en grande partie recouverts par la marée montante et provoquent des ravages. Au cours de leur va et vient, de nombreuses embarcations sautent sur les mines qui surmontent les pieux plantés dans le sable. Sur les plages, les pertes sont lourdes. En fin de journée, plus de 21 000 hommes ont été débarqués.
- Sword Beach : C'est devant Hermanville que débarque la 3e division britannique du général Rennie. La 8e brigade de la 3e division, mise à terre devant un endroit portant le nom prédestiné de "la Brèche", parvient à enfoncer le Mur de l'Atlantique. Hermanville est nettoyée en milieu de matinée. Lorsque les éléments de tête de la 3e division parviennent enfin aux abords de Caen, en début de soirée, il est trop tard. Ils seront cloués sur place par le rideau défensif tendu par les Allemands.







  • Carte du débarquement
  • Camions américains débarqués sur omaha beach
  • Convoi de matériel omaha beach
  • AMERICAINS DEBARQUANT SUR UTAH BEACH
  • DEBARQUEMENT CANADIENS SUR BERNIERES SUR MER SECTE
***