Accueil | English version
 
Loading
Vous êtes ici : Accueil » Recherche d'informations » Economie » Filières et secteurs » Agroalimentaire et agriculture » Pêche - Conchyliculture

Contacter
directement EVE

Vous ne trouvez pas l'information
que vous cherchez ?
Contactez-nous

Pêche - Conchyliculture

  Ajouter au panier

Une pêche artisanale respectueuse des ressources
3ème région maritime de pêche française
Granville, 1er port coquillier de France
Une vingtaine de ports et points de débarque ; plus de 500 navires ; 50 000 t débarquées,
4 Centres de marée : Grandcamp-Maisy, Port-en-Bessin, Granville et Cherbourg



UNE PÊCHE CÔTIÈRE ARTISANALE
Avec 50 000 tonnes de poissons, céphalopodes, crustacés et coquillages capturés annuellement, la Basse-Normandie est la troisième région française productrice de ressources marines. Spécialités de la pêche normande : Fierté de la pêche régionale, la Coquille Saint-Jacques est l'espèce phare de la Basse Normandie. Avec 10 000 t de production annuelle, elle fait vivre à elle seule presque la moitié de la flottille régionale. Plus généralement, les coquillages de pêche font la spécificité et sont le savoir-faire de notre région (bulot, pétoncle, praire, moule, coque...). Plus méconnus par les consommateurs de l'hexagone, les céphalopodes (encornet et seiche) sont tout aussi importants pour la pêcherie bas normande. Ils représentent une part élevée du chiffre d'affaires des navires côtiers (caseyeurs et petits chalutiers) ainsi que des navires hauturiers. Enfin, les poissons (bar, dorade grise, sole, grondins, tacaud...) font également l'objet de pêches spécifiques par notre flottille artisanale. 2 000 marins-pêcheurs embarquent jours et nuits à bord de plus de 500 navires de pêche. Cette flottille est répartie dans une vingtaine de ports et points de débarque, disséminés le long de la côte. Quatre d’entre eux sont dotés d’une halle à marée (criée) et sont les principaux pôles de la production régionale : Granville, Cherbourg, Grandcamp-Maisy et Port-en-Bessin. Les autres ports, de taille plus modeste, accueillent une multitude de navires de pêche côtière : Carteret, Barfleur, Saint-Vaast-la-Hougue, Isigny-sur-Mer, Courseulles-sur-Mer, Ouistreham, Trouville... La flottille dont la représentation par tailles et par métiers assure un relatif équilibre des pêcheries : La petite pêche constitue la majorité des navires en Basse Normandie (390). Ces unités de petite taille (8 à 12 m) embarquent pour des marées de courte durée (moins de 24h). Les métiers de petite pêche varient, au gré des saisons et des abondances des espèces, du casier (crustacés, seiche ou bulot) au filet (droit, emmêlant, trémail) ou à la ligne (corde, traîne pour le bar) ; La pêche côtière compte une centaine navires de taille plus importante (12 à 16 m). Ces bateaux pêchent essentiellement la coquille Saint-Jacques à la drague d’octobre à mai, puis ciblent les différentes espèces de poissons au chalut le reste de la saison ; Les navires hauturiers, quant à eux, quittent leur port d’attache pour des « marées » de 4 à 8 jours pour aller pêcher au large. Ce travail est réservé à des bateaux de taille importante (16 à 25 m). Ils sont une vingtaine d’unités en Basse Normandie, attachés principalement aux ports de Cherbourg et Port-en-Bessin.
Tous ces navires pratiquent une pêche qualifiée d'artisanale car aucune transformation du poisson n’est effectuée à bord.
UNE PÊCHE RESPECTUEUSE DES RESSOURCES
Afin de protéger au mieux leurs ressources et ainsi leur avenir, les marins-pêcheurs s’inscrivent aujourd’hui dans une véritable politique de gestion des captures. Quelles soient adoptées par les professionnels eux-mêmes ou bien prévues par la réglementation communautaire, toutes les mesures de limitation visent à assurer un renouvellement des stocks halieutiques et à planifier leurs approvisionnements sur le marché pour maintenir un niveau suffisant de rentabilité des bateaux.
DES PORTS SPÉCIALISÉS
Granville : 1er port coquillier de Basse-Normandie et de France en tonnage et en valeur (8 900 tonnes de coquillages débarqués en 2011). Le bulot, l'olivette, l'amande, la dorade grise, la coquille Saint-Jacques, la seiche et la praire sont les espèces les plus pêchées à Granville. 95% des bulots et 65% des praires pêchées en France sont débarquées à Granville.
Port-en-Bessin : la Coquille Saint-jacques reste l'espèce phare de l'activité, représentant le quart des apports sous criée.
Cherbourg : Saumon de France est une ferme aquacole située sur 15 ha en pleine mer dans la rade de Cherbourg. Il existe seulement 2 sites marins en France, un en Bretagne et celui de Cherbourg pour la Basse-Normandie.
La Normandie est la 1ère région productrice de moules de bouchot en France avec 18 000 tonnes, soit 37% de la production nationale. La Normandie est la première région ostréicole de France avec 16 200 tonnes d'huîtres creuses, soit 20% de la production nationale.
http://www.opbn.fr/





  • Parcs à huîtres à marée basse
  • La criée
  • Pose des cordes de moules
  • Praires
  • Granville : bateau de pêche
***