Accueil | English version
 
Loading
Vous êtes ici : Accueil » Recherche d'informations » Cadre de vie, culture & média » Culture et médias » Culture normande » Musiciens, auteurs compositeurs

Contacter
directement EVE

Vous ne trouvez pas l'information
que vous cherchez ?
Contactez-nous

Musiciens, auteurs compositeurs

  Ajouter au panier

La Basse-Normandie a une tradition de culture ancienne.
Sa période faste des siècles passés est le XVIIe siècle qui connut une effervescence intellectuelle en littérature, en peinture. Quant à la musique, elle a laissé de tous temps quelques grands compositeurs classiques ou modernes



LES COMPOSITEURS BAS-NORMANDS DU XVIIe À NOS JOURS

Ils sont nés en Basse-Normandie :

Daniel-François-Esprit AUBER (1782-1871), né à Caen (14), compositeur. Il reste l’homme de la musique française, directe, simple, discrète. Il a eu l’honneur d’inspirer Richard Wagner et de provoquer son émulation lorsqu’il écrivit « Rienzi ». Il écrivit durant toute sa vie 37 opéras-comiques et 10 opéras formant un total de 132 actes, plus une quinzaine de ballets, de divertissements et de pas de danse. En 1821, avec « Emma », il remporta un véritable succès, tant à Paris qu’en province. Mais son principal succès fut « Le Maçon », opéra-comique en trois actes dont une ronde est célèbre (525 représentations de 1825 à 1896).
Le premier succès retentissant doit être daté du 29 février 1828, avec le grand opéra en 5 actes intitulé « La Muette de Portici ».
Auber devint membre de l’Académie des Beaux-Arts sous Charles X en 1829, directeur des concerts de la cour sous Louis-Philippe dix ans plus tard, directeur de la chapelle impériale en 1852 et Grand officier de la Légion d’Honneur en 1861.
Erik SATIE(1866-1925), né à Honfleur(14), compositeur et pianiste. Ses œuvres sont à l’image de sa personnalité, fantasque décalée, cherchant à épurer sa musique dans une époque qui n’était pas musicalement dans ce ton-là, mais surtout à s’en distinguer. Il a écrit de nombreuses partitions sans barre de mesures et avait son propre style d’annotations sur la manière d’interpréter ses œuvres. Il inspira entre autres John Gage, Claude Debussy, Francis Poulenc, Maurice Ravel, Jean Cocteau ou encore le groupe des Six, et était pianiste notamment du chansonnier Vincent Hyspa au cabaret Chat Noir.
Guy de LIONCOURT (1885-1961), né à Caen (14), compositeur. Il fait ses études à la Schola Cantorum à Paris. Son œuvre est presque toute entière d’inspiration religieuse, mais on lui doit aussi de belles pages symphoniques, des pièces de musique de chambre. En 1918, il remporte le Grand Prix Lasserre avec l’opéra féérique « la Belle au bois dormant ». En 1935, il fonde avec Louis Serres l’École César Franck dont il prend la direction en 1942.
Marcel MULE (1901-2001), né à Aube (61), saxophoniste. À 8 ans, il découvre le saxophone mais aussi le violon et le piano. Il fait partie du « Quatuor de la Garde républicaine » de 1928 à 1936, qu’il quitte pour fonder le Quatuor de Saxophones de Paris, plus connu sous le nom de « Quatuor Marcel Mule ».
Michel MAGNE (1930-1984), né à Lisieux (14), compositeur et musicien. Compositeur de musiques de films français incontournables dans les années 1960-1970. On lui doit la série des « Angéliques », mais aussi « Les Tontons flingeurs », « Les Barbouzes », « Fantomas »,…et les musiques des premiers films de Jean Yanne.
Jean-Luc PONTY (1942- ), né à Avranches, violoniste et compositeur de jazz. Premier violon (classique) au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, son attirance pour le jazz est due aux musiques de Miles Davis et de John Coltrane. Il est l’un des très rares musiciens français à avoir connu une véritable réputation internationale, d’abord via ses collaborations avec Frank Zappa et John McLaughlin. Outre sa virtuosité époustouflante, doté d’un réel talent de compositeur et de mélodiste il a aussi été un expérimentateur ambitieux.
Gérard LENORMAN (1945 - ), né à Bénouville (14), auteur, compositeur, interprète. Sa carrière commence à la fin des années 60.
Daniel BALAVOINE (1952-1986), né à Alençon, auteur, compositeur, interprète. Débute dans les années 1970 en tant que choriste dans la comédie musicale La Révolution française. Répéré par Michel Berger, il chantera dans l’opéra-rock, « Starmania » en 1978 et s’imposera durant la première moitié des années 80 comme le major de la musique Électropop ou Synthpop en France.








  • MUSICIEN
  • MUSICIEN
  • MUSICIEN
  • Instrument musique
***