Accueil | English version
 
Loading
Vous êtes ici : Accueil » Recherche d'informations » Economie » Filières et secteurs » Energie et sciences nucléaires » Énergie : Recherche & Développement

Contacter
directement EVE

Vous ne trouvez pas l'information
que vous cherchez ?
Contactez-nous

Énergie : Recherche & Développement

  Ajouter au panier

Le GANIL : une place de premier plan au niveau mondial dans le domaine de la physique du noyau nucléaire
Aujourd’hui SPIRAL, demain SPIRAL 2 et après-demain EURISOL
ARCHADE : un centre européen de recherche consacré à l'hadronthérapie
L’ENSICAEN et les laboratoires CIMAP et LPC



LE GANIL (Grand Accélérateur National d'Ions Lourds) : C'est un très grand équipement au service de la recherche française et européenne, créé à Caen par deux organismes de recherche associés, à parts égales, pour sa construction : le CEA(*)/DSM (Direction des Sciences de la matière) et le CNRS(**)/IN2P3. Sa forme juridique est celle d'un Groupement d'Intérêt Économique (GIE). La Région a soutenu le projet en apportant une contribution appréciable au financement de la réalisation. La décision de construction a été prise en août 1975 et la première expérience réalisée en janvier 1983. Dans le monde, quelques accélérateurs produisent une large gamme de faisceaux radioactifs avec des intensités permettant des études variées de structure et de réactions nucléaires : en Europe, ce sont les installations du GANIL (France) et de GSI (Allemagne-2013) ; au Japon, RIKEN ; aux États-Unis, MSU, et pour des gammes d’énergie et de faisceaux limitées, ISAAC et Oak Ridge. La France occupe une place de premier plan au niveau mondial dans le domaine de la physique du noyau avec l’utilisation des faisceaux de noyaux radioactifs exotiques produits au GANIL. Le GANIL produit et accélère des faisceaux stables allant du Carbone 12 à l’Uranium ; il a deux techniques pour produire des faisceaux radioactifs, soit par fragmentation de faisceaux stables sur des cibles épaisses, soit par la méthode ISOL (Isotope Separation On-Line/Méthode de production, de tri et de sélection des noyaux) utilisée dans le dispositif SPIRAL1. L'objectif scientifique de l’installation SPIRAL2 est de fournir un nouveau champ d’études expérimentales en physique nucléaire en complétant la gamme des faisceaux du GANIL et de SPIRAL1 par la production et l’accélération d’ions radioactifs plus lourds (jusqu'à l’Uranium) et riches en neutrons. L’exploitation des faisceaux de SPIRAL2 permettra d’étendre les connaissances sur les phénomènes nucléaires dans le domaine des noyaux radioactifs « exotiques ». Opérationnel en 2012, il ouvrira un nouvel horizon pour les recherches sur les propriétés nucléaires. Un programme de Recherche & Développement a été entrepris au niveau européen et financé par l’Union Européenne (5ème et 6ème PCRD). Il s’agit du programme EURopean Isotope Separation On-Line (EURISOL). Dans cette optique et en se fondant sur le rapport d’étude «LINAG Phase 1», le projet SPIRAL2 (Système de Production d'Ions Radioactifs Accélérés en Ligne) s’est révélé être l’étape intermédiaire indispensable entre SPIRAL et EURISOL.
L’ENSICAEN (École Nationale d’Ingénieurs de Caen) : Elle constitue un centre de recherche scientifique pluridisciplinaire, de réputation internationale. Six des sept laboratoires sont associés au CNRS (**), l'un d'entre eux bénéficie de plus de la tutelle du CEA (*).
Le Laboratoire de Physique Corpusculaire (LPC) : Thèmes de recherche : Applications médicales et industrielles ; aval du cycle et traitement des déchets nucléaires Dynamique et Thermodynamique des systèmes nucléaires ; Interactions fondamentales ; nature du Neutrino (NEMO) ; noyaux à la limite de la stabilité ; physique théorique et phénoménologie.
Le Centre de Recherche sur les Ions, les Matériaux et la Photonique (CIMAP) : Thèmes de recherche de l'Unité : interaction ion - matière ; relaxation des matériaux excités ; défauts dans les matériaux ; matériaux pour les lasers ; photonique ; électronique.
ARCHADE : Centre européen de recherche et développement entièrement consacré à l'hadronthérapie, une nouvelle forme de radiothérapie plus précise et plus efficace dans le traitement de certains cancers. Leader mondial dans le domaine de la protonthérapie, le groupe belge IBA, a conçu un cyclotron supraconducteur. En liaison avec ses partenaires, Archade, va conduire des programmes de recherche ambitieux, dans les domaines de la physique médicale, de la radiobiologie et de l'imagerie afin de mieux comprendre et de mieux utiliser les ions carbone dans le traitement des cancers. En 2010, création de deux structures pour assurer le développement du projet ARCHADE : SAPHYN, société d’économie mixte dont l’objectif est de développer les applications de la physique nucléaire dans le domaine de la santé ainsi que le transfert de technologie vers les entreprises et CYCLHAD, joint-venture entre IBA et SAPHYN, centre d’exploitation qui portera les investissements.
(*) C.E.A. : Commissariat à l’Énergie Atomique) (**) : C.N.R.S. : Centre National de le Recherche Scientifique





  • Résonateur du Ganil
  • Vue d'ensemble du SPEG
  • Vamos-Exogam du Ganil
  • Programme Lise du Ganil
  • Détecteur Indra du Ganil
***