Accueil | English version
 
Loading
Vous êtes ici : Accueil » Recherche d'informations » Cadre de vie, culture & média » Culture et médias » Histoire » Cimetières militaires

Contacter
directement EVE

Vous ne trouvez pas l'information
que vous cherchez ?
Contactez-nous

Cimetières militaires

  Ajouter au panier

Près de 100 000 soldats sont morts en Normandie au cours des combats de l’été 1944
Une partie d’entre eux a été rapatriée dans le pays d’origine. Mais la grande majorité a été inhumée en terre normande, dans 26 cimetières : 16 britanniques, 2 canadiens, 2 américains, 1 français, 4 allemands



Près de 100 000 soldats (environ 40 000 Alliés et 60 000 Allemands) sont morts en Normandie au cours des combats de l’été 1944. Une partie d’entre eux (essentiellement des Américains) a été rapatriée dans le pays d’origine. Mais la très grande majorité a été inhumée en terre normande, dans 26 cimetières.

LES CIMETIÈRES AMÉRICAINS
Les corps d’environ 14 000 soldats américains tombés en Normandie ont été rapatriés aux USA après la guerre.
Les autres, souvent inhumés dans des cimetières provisoires, ont été rassemblés à Colleville-sur-Mer (Normandy american cemetery) et Saint-James (Britany american cimetery).
Les cimetières américains, conçus dans un style néo-classique, présentent de grands alignements de croix blanches, sur de vastes étendues concédées aux États-Unis par la France en 1956.

LES CIMETIÈRES BRITANNIQUES ET DEUX CANADIENS
Près de 17 000 soldats britanniques et 5 000 canadiens reposent en Normandie. En vertu d’une très ancienne coutume de l’armée anglaise, les combattants doivent être portés en terre là où ils sont tombés. De là, le grand nombre de cimetières britanniques (18 dont 2 canadiens) et leur taille parfois modeste. Une autre originalité est la présence de sépultures de soldats d’autres nationalités, y compris d’Allemands.
La plupart des cimetières britanniques présentent la même architecture, avec des pergolas, des plate-bandes au pied des tombes surmontées de stèles en calcaire blanc, une croix du sacrifice et – pour les plus grands du moins – un monument en forme d’autel, la pierre du souvenir.

LES CIMETIÈRES ALLEMANDS Plus de 58 200 soldats reposent dans les cimetières allemands de La Cambe, Marigny, Orglandes, Saint-Désir-de-Lisieux et dans l’ossuaire du Mont d’Huisnes (sans compter les 19 800 corps du cimetière de Saint-André, dans l’Eure).
On trouve également près de 2 300 sépultures allemandes dans les cimetières britanniques.
Les cimetières allemands présentent des caractéristiques particulières : de vastes pelouses plantées d’arbres et parsemées de croix sombres ou de dalles sous lesquelles reposent les corps, généralement deux par deux.
L’entretien des cimetières allemands est assuré par le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, association fondée après la Première guerre mondiale.

LE CIMETIÈRE POLONAIS
Le cimetière d’Urville est la seule nécropole polonaise de la Seconde guerre mondiale en France. Il comprend 696 tombes, disposées autour d’un grand monument en forme de V, surmonté d’une sculpture en aluminium symbolisant l’aigle polonais.
Pour l’essentiel, il s’agit d’hommes de la 1ère division blindée du général Maczek, engagée en août 1944 dans la bataille de Normandie.
On y trouve aussi les sépultures de soldats polonais tombés ailleurs en France au cours des combats de la Libération.

UNE NÉCROPOLE FRANÇAISE - NÉCROPOLE DES GATEYS – RADON (61)
Une partie des corps des 70 hommes de la 2e division blindée française tombés pendant les combats dans le département de l’Orne ont été rendus à leurs familles. Seuls 19 soldats sont inhumés à la nécropole, inaugurée en 1970, où furent transférés les corps reposant jusqu’alors dans des cimetières communaux.





  • CIMETIERE AMERICAIN PRES DE ST LO
  • Cimetière américain à Colleville
  • Cimetière allemand
  • Cimetière britannique
  • Cérémonie à la mémoire des victimes américaines
***